Comment Apple a vendu son âme à la Chine | Une entreprise vouée à disparaître ?!

Alors que la publication des résultats des entreprises fait rage, un œil attentif est porté tout particulièrement sur les sociétés technologiques.

En effet, compte tenu de la hausse des taux d’intérêt qui a eu lieu tout au long de l’année 2022, au cours de cette année 2023, ces dernières ont clairement été les premières touchées.

Parmi toutes ces entreprises, il y en a une qui fait actuellement parler d’elle, il s’agit de la plus grande société au monde : Apple.  

La marque à la pomme a lié son destin à la Chine. Or, aujourd'hui, les États-Unis exercent une forte pression sur Apple pour qu'elle se désengage de ce pays, dans un contexte de vives tensions.

Qu’est-ce qui se cache réellement derrière la réussite d’Apple ? 

Pourquoi l’entreprise a-t-elle littéralement vendu son âme à la Chine et face aux tensions géopolitiques entre le pays de l’oncle Sam et l’Empire du Milieu, comment le futur d’Apple pourrait être compromis ? 

L'émergence d’un géant

Les plus vieux d’entre vous s’en souviennent certainement, pendant de nombreuses années, l’entreprise Nokia dominait très clairement le marché des téléphones portables avec, en 2007, plus de 900 millions d’utilisateurs. À l’époque Nokia représentait plus de 62% des téléphones en circulation. 

Sa domination du marché semblait si grande que même Forbes avait publié un article de couverture sur l'entreprise posant par la même occasion une question rhétorique : “Quelqu'un peut-il attraper le roi du téléphone portable ?”. 

Et bien en 2007 est également l’année du lancement de l'iPhone de Steve Jobs.

Ainsi 2007 marque également le déclin du cours des actions Nokia, perdant plus de 90% de leur valeur en l’espace de quelques années : 

L'histoire de la façon dont le fabricant finlandais de téléphone a été pris au dépourvu par l'iPhone est bien connue. L'histoire raconte que Nokia n'avait pas assez de connaissances en logiciels pour suivre le visionnaire d'Apple, Steve Jobs.

Bien que l’écran tactile était le cheval de bataille, il n’était pas le seul avantage d’Apple ! 

Apple dépassait Nokia également en termes de ressources humaines et technologiques ! 

Cet exploit n’aurait jamais été possible sans compter sur le secteur manufacturier de la Chine.

Comment Apple est devenu dépendant de la Chine ? 

En 2007 Apple occupait la deuxième place du podium du classement des 25 meilleures chaînes d’approvisionnement du monde avant d’atteindre la première place durant 7 années consécutives. Pourtant  l’entreprise avait mauvaise réputation

Les analystes de l’époque se sont rendu compte que l’entreprise externalisait sa production en Chine et entretenait une relation étroite avec le pays. 

Au cours des quinze dernières années, Apple a envoyé ses meilleurs concepteurs de produits et ses meilleurs ingénieurs en Chine. Ainsi, ces employés ont joué un rôle essentiel dans ce nouveau processus de production en supervisant les détails de fabrication et en surveillant de près les fournisseurs. 

Apple s’est mis à dépenser des milliards de dollars pour construire ses appareils, développant une réelle expertise de niche sans concurrence directe ce qui a transformé l’entreprise et le pays tout entier.

Les compétences technologiques dont dispose actuellement la Chine ne seraient non pas le produit du leadership technologique chinois mais le fait qu'Apple se soit implanté et qu’il ait développé ses compétences technologiques. 

C’est d’ailleurs Tim Cook, qui à cette époque était directeur de l’exploitation. Il est donc à l’origine de ce transfert de production d’Apple des Etats-Unis vers la Chine permettant à la marque à la pomme de connaître une croissance remarquable . 

Mais, évidemment, cette décision qui s’est avérée payante, a créé une relation de dépendance de l’entreprise vis-à-vis de la Chine, ce pays autoritaire et gouverné par Xi Jinping.

À titre illustratif, plus de 95% des principaux produits d’Apple, c’est-à-dire Iphones, AirPods, Mac ou encore Ipads, sont fabriqués en Chine.

Cette situation met en exergue le contraste existant notamment avec Samsung qui a fait le choix de réduire fortement sa fabrication en Chine

Bien que les tensions se soient intensifiées entre la Chine et les Etats-Unis ces dernières années, Apple a continué d’investir massivement en Chine. Désormais, Apple subit une pression intense de la part des investisseurs et des politiciens américains vis-à-vis de ce rapport entre l’entreprise et la Chine. 

Si la décision de transférer toute sa production en Chine a fait le succès fulgurant d'Apple, elle a donc étroitement lié son destin à ce pays. Ainsi, il est difficile pour Apple de se désengager de la Chine aujourd'hui tout en restant Apple. 

Une tragique décision …

Quoi que l’on en pense, Apple est loin d’être la première entreprise tech à avoir délocalisé sa production en Chine. En effet, HP et Compaq étaient déjà bien établies. 

Mais Apple a su tirer profit de la délocalisation en Chine de manière inédite. Au lieu de sélectionner des composants déjà prêts à l’emploi, il a préféré utiliser des pièces personnalisées tout en orchestrant leur assemblage au travers de systèmes complexes mêlant ainsi ingéniosité et flexibilité par la même occasion. 

Ainsi, une manière de mesurer l’efficacité de l’entreprise réside dans ce que l’on appelle “l’inventory turnover” ou “rotation des stocks” en français.

Cet indicateur exprime la fréquence de renouvellement des stocks ou, dit autrement, la durée que met une marchandise avant d’être vendue.

Si par exemple la rotation des stocks d’une entreprise est équivalente à 12, cela signifie que les stocks tournent 12 fois dans l’année, ce qui revient à dire que tous les mois, le stock est renouvelé car les marchandises sont vendues.

Or, dans le cas d’Apple, la rotation des stocks est d’environ 40 ! Ceci suppose un renouvellement des stocks tous les 9 jours comme on peut le voir sur ce graphique .

Cette capacité à toujours vendre et écouler le plus vite possible les stocks était d’ailleurs pathologique chez Tim Cook. En effet, il en venait même à comparer l’électronique aux produits laitiers qui périment en l’espace de quelques jours et doivent rapidement être vendus.

Ainsi, alors que la production d’Iphone augmentait toujours plus, la valeur des actifs à long terme d’Apple, principalement constitués des équipements utilisés dans la production d'appareils, est passée de 370 millions de dollars en 2009 à 7,3 milliards de dollars en 2012. 

Des techniques de production inédites

Ces investissements massifs permettaient ainsi à Apple de proposer des techniques de productions inédites sur le marché. En 2008 par exemple, l’entreprise lançait le Macbook Pro Unibody fabriqué à partir d’un seul bloc plutôt que de plusieurs pièces, offrant un niveau de précision totalement inédit pour l’époque.

Le succès de cet ordinateur est en grande partie dû à l’utilisation des “CNC machines” pour “Computer Numerical Control” ou “Commande Numérique par Calculateur” en français.

Si ces machines qui permettent de créer des pièces complexes existaient depuis des décennies leur coût était plus qu’exorbitant puisque dépassant les 500.000 dollars l’unité.

Or, pour assurer une production en masse, Apple en avait acheté plus de 10.000, transposant très rapidement ce mode de fabrication aux Iphones et aux Ipads.

Des liens étroits avec la Chine

L'ingéniosité de production d'Apple a été amplifiée par le gouvernement en place. En effet, soucieux de créer de l’emploi et de développer une certaine expertise, Apple a profité de la politique nationale chinoise.

De plus, d’étroites relations avec Apple pouvaient être bénéfiques aux sous-traitants. L’entreprise Foxconn s’est mise à assembler les pièces des produits Apple, faisant passer son Chiffre d’Affaires de 3 milliards de dollars en 2000, avant de commencer à travailler avec la marque à la pomme, à plus de 200 milliards de dollars aujourd’hui.

Les relations étaient telles que le PDG de Foxconn a créé deux immenses villes-usines à Zhengzhou et Chengdu en Chine appelées Iphone City et Ipad City respectivement.

La Chine offrait une main-d’œuvre spécialisée, abondante et peu chère ce qui se reflétait notamment par le nombre de personnes formées s’élevant à près de 24 millions d’individus et le roulement de personnel dépassait à certains moment les 300%. Ceci signifiait que certaines années, plusieurs fois par an l’ensemble de la main-d’œuvre d’une usine était remplacée. 

La contrepartie de cette implantation, c’est que la Chine est devenue leader dans ce secteur d’activité.

Comble de l’ironie, c’est Washington qui encourageait les entreprises à s’implanter en Chine afin “d’inculquer” des valeurs démocratiques au pays. 

Un pays autoritaire

Le problème c’est que Xi Jinping s’est avéré très autoritaire et les pratiques d’Apple ne sont pas allées dans le sens du respect des droits de l’homme. 

Un exemple parlant a trait aux règles imposées par les autorités chinoises durant la pandémie de Covid-19. Les employés de l’usine Foxconn étaient coupés du reste du monde pour continuer à faire fonctionner les chaînes de production. Les 200.000 employés avaient d’ailleurs essayé de prendre la fuite en novembre 2022. 

Une chose est sûre, jamais le succès d'Apple n'aurait pu être possible sans une main-d'œuvre aussi abondante et une spécialisation des compétences de ce niveau.

L’histoire d’Apple est bien plus chinoise qu'américaine …

Or, aujourd'hui, les USA exercent une forte pression sur Apple pour qu'elle se désengage de Chine.

Le problème c’est que cela n'est pas possible, tant le destin d'Apple est intimement lié à ce pays où tout a été investi et donc, pour sortir du pays de Xi Jinping, l'entreprise devrait sacrifier tout ce qui a fait son succès.

Les meilleurs designers et ingénieurs californiens d'Apple sont allés passer des périodes prolongées et ont transmis des tonnes de savoir-faire, qui se retrouve désormais entre les mains des Chinois. 

En attendant, le développement sur place d'un énorme savoir-faire technologique qui, combiné à l'ingéniosité des assembleurs d'Apple, a fait de la Chine le numéro 1 mondial des smartphones

Aujourd'hui, l'Empire du Milieu n'a plus besoin d'Apple et fabrique désormais 70% de tous les smartphones au monde, toutes marques confondues.